Tuesday, January 29, 2008

Pourquoi une deuxième vie? - Why a second life?

(English version)


Presqu’un an que je suis née et j’en suis toujours à me demander ce que je fais là (j’ai failli écrire ce que je fuis là…)
Pour être claire (bien que je m’appelle Sofian) je me demande simplement si le jeu en vaut la chandelle.
Quand je suis arrivée je pensais que Second Life était une sorte de jeu vidéo —je suis fan de jeux vidéo depuis belle lurette, et même avant— mais j’ai vite compris la différence.
Quoique…
Second Life n’est pas un jeu à proprement parler, difficile de le comparer à Tomb Raider ou à Metal Gear Solid, cependant on peut considérer que l’on joue quand même à se construire une nouvelle identité, presqu’une nouvelle personnalité, que l’on s’amuse à créer des objets que d’aucuns se plaisent à croire artistiques dans certains cas, ou à s’habiller avec plus ou moins bon goût et presque toujours de manière futile.
On peut aussi estimer que l’on joue la comédie, le jeu de rôle (le jeu drôle comme j’aime à l’appeler) prenant une part plus ou moins importante de notre deuxième vie, même chez ceux que l’on nomme les plate-formistes (voir Mackenzie McArdle) et qui sont, quoiqu’ils en disent, en représentation par le biais de leur marionnette.
Et à qui va-t-on faire croire qu’un être humain doué de raison et d’une bonne connexion internet (les deux n’allant pas forcément toujours ensemble) ne s’amuse pas un minimum à manipuler son avatar et regarder sous les jupes des dames ?*
Bref, je dois admettre que je m’amuse dans Second Life, et dans d’autres metaverses par la même occasion, donc finalement je considère que nous sommes bien en présence d’un jeu.
Mais ce n’est pas que cela.
C’est aussi une formidable machine à consommer du temps libre en convertissant illico les balades en forêt ou les soirées entre amis en de longues séances pouvant commencer à neuf heures du soir et se terminer à cinq heures du matin.
Bon d’accord, ce n’est pas le moment le plus propice pour les balades en forêt, je vous l’accorde, mais vous avouerez que le dimanche après-midi peut facilement être consacré à cette addiction du virtuel (j’en vois qui regardent leurs chaussures)
En fait la majeure partie du temps que je consacre personnellement à Second Life n’est pas utilisée in-world, mais dans tout ce qui l’environne.
Second Life est comme un porte-avions qui a besoin de toute une armada autour de lui pour naviguer en paix.
En ce qui me concerne il y a bien sûr le blog (mais oui voyons, ce que vous avez sous les yeux en ce moment) et tout ce qui va avec lui : les photos (donc Flickr), les projecteurs de diapos (donc Vuvox), les projecteurs de films (donc WeGame) et tous les gadgets annexes—et il y en a toujours de nouveaux à découvrir.
Mais il n’y a pas que le blog !
Via Second Life et mon blog j’ai découvert (dans le désordre) Netvibes, onXiam, Facebook, RSS et Atom, Dailymotion, le langage HTML, gmail et bien d’autres choses encore qu’il serait trop fastidieux d’énumérer ici.
Ah ! Oui, j’allais oublier, j’ai bien sûr découvert les innombrables blogs plus ou moins en relation avec Second Life, et je pense que c’est avec eux que je passe le plus clair de mon temps, à admirer le travail de mes co-résidents virtuels.

Et l’amour dans tout ça ?
Ça ne vous regarde tout simplement pas :p

*que celui ou celle qui ne l’a jamais fait lève le doigt, je lui donnerai un pénis qui ne m’a jamais servi, du moins pour le moment.


Il n'y a pas moyen de contenter ceux qui veulent savoir le pourquoi des pourquoi.
(Leibniz)


(top)


English version
Almost one year since I was born and I am still asking myself what I am doing there (I almost write what I flee there…)
To be clear I simply wonder if the game is worth it (in French we say is worth the candle).
When I arrived I thought that Second Life was a sort of video game —for a long time I have been a fan of video games— but I quickly understood the difference.
Although…
Second Life is not strictly speaking a game, it’s hard to compare it to Tomb Raider or Metal Gear Solid, however we can consider that one plays with building a new identity, almost a new personality, that one have fun creating objects that some people like to believe artistic in some cases, or dressing with more or less good taste and almost always in an idle way.
One can also find that you play comedy, role-playing (the jeu drôle as I like to call it) taking a more or less significant part of our second life, even for those so-called platformists (see Mackenzie McArdle ) who are, though what they can say, in performance through their puppet.
And whom will we make believe that a human being endowed with reason and good Internet connection (the two do not always go together) does not have a minimum fun in manipulating their avatar and looking under ladies’ skirts? *
In short, I must admit that I have fun in Second Life, and other metaverses at the same time, so finally I believe that we are dealing with a game.
But it's not only that.
It is also a formidable machine to consume free time by immediately converting walks in the woods or evenings with friends in lengthy sessions that may start at nine o'clock in the evening and end at five o'clock in the morning.
Okay, this is not the best time for hiking in the woods, I grant you, but you will admit that a Sunday afternoon can easily be devoted to this addiction of virtual (I can see some of you looking at their shoes)
In fact most of the time that I personally dedicate to Second Life is not used in-world, but in everything that environs it.
Second Life is like an aircraft carrier that needs an entire armada around her to navigate in peace.
As far as I am concerned there is of course the blog (yes, what you have before your eyes at this time) and all that goes with it: the photos (hence Flickr), the slide projectors (hence Vuvox), the movie projectors (hence WeGame) and all additional gadgets—and there are always new to discover.
But there is more than the blog!
Via Second Life and my blog I discovered (in any order) Netvibes, onXiam, Facebook, RSS and Atom, Dailymotion, HTML, gmail and many other things that would be too tedious to list here.
Ah! Yes, I nearly forgot, of course I discovered countless blogs more or less in conjunction with Second Life, and I think it is with them that I spend most of my time to admire the work of my virtual co-residents.

And love in all this?
It is simply none of your business :p

* Who has never done that may raise a finger, and I will give them a penis that I have never used, at least for the moment.

You see things; and you say, 'Why?' But I dream things that never were; and I say, "Why not?"
George Bernard Shaw, "Back to Methuselah" (1921), part 1, act 1
Irish dramatist & socialist (1856 - 1950)


(top)

2 comments:

Louisa Markova said...

Je me pose les mêmes questions que toi et ça m'inquiète beaucoup de savoir que ça fait un an que tu y es... L'amour, dans tout ça, est treeees zimpooortant

Sofian said...

Pourquoi t'inquiéter Louisa?
Il n'y a vraiment pas de quoi!
Cela fait presqu'un an que je suis dans Second Life et je m'y sens très bien; par ailleurs je suis d'accord avec toi, l'amour c'est très important, mais il ne faut pas trop demander à Second Life sur ce point, autrement tu risques d'aller au devant de grosses désillusions...
J'ai des ami(e)s dans Second Life et une très grande amie qui pourrait être mon amour dans la vraie vie, mais je préfère clairement séparer les deux mondes même si c'est parfois utopique (quoiqu'on en pense on vit avec Second Life dans la vraie vie et réciproquement...)
Mais j'aime bien ton approche personnelle et je lis régulièrement ton blog maintenant;)
Attention quand même à ne pas te prendre trop au jeu et surtout à penser que Second Life ce n'est que du sexe, il y a bien d'autres choses à explorer.