Tuesday, April 8, 2008

Gone with the buzz™ (8)

E commeEschatology


Eschatology

Pour finir je ne savais pas trop quoi choisir comme mot commençant par “E”, Ego, qui me va si bien, était déjà pris pour la première occurrence, j’ai aussi pensé à English translation, dans l’idée de réécrire mon texte en anglais, mais je ne sais pas si vous avez remarqué, mon texte est vraiment très, très long, aussi long et ennuyeux qu’un article de Prokofy Neva ou de Gwyneth Llewelyn, et je ne me sentais vraiment pas de traduire tout ce fatras d’idées désordonnées que je viens de vous servir et que je ne suis pas sûre que vous ayez lu en entier, en tout cas si vous êtes arrivés jusqu’ici, chapeau !
Donc j’ai opté pour « Eschatologie » que j’ai trouvé très pertinent si on le décompose en ἔσχατος (le dernier) et λογια (étude), donc dernière étude, ou l’étude qui arrive en dernier, ou l’étude du dernier (de la classe ?) qu’est-ce que j’en sais, je n’ai jamais fait de grec et je me suis contentée de faire un copier-coller depuis Wikipedia comme une vulgaire lycéenne pompant son prochain devoir maison sur internet.
J’en profite au passage pour dire un grand merci à Wikipédia et à WordReference, ainsi qu’à, il ne faut surtout pas l’oublier, Google Traduction sans qui mes thèmes et versions auraient été plus longs et difficiles qu’ils ne l’ont été ; je ne suis pas si douée que ça pour les langues et en fait j’ai aussi utilisé Second Life et mon blog pour progresser en anglais et en espagnol, tout en m’amusant bien évidemment !
Et pour conclure j’apporte la preuve éclatante de ma thèse citée plus haut selon laquelle Second Life ne serait qu’un jeu: comme une petite fille ou un petit garçon peuvent du jour au lendemain s’arrêter de jouer à leur jeu favori pour passer à autre chose, moi aussi j’arrête net, sans (trop de) regret, pour me consacrer à d’autres activités.
Si Second Life n’était pas réellement un jeu, s’il m’avait permis de nouer des liens étroits in-world avec d’autres avatars considérant comme moi que notre relation était si intense et durable qu’elle ne pouvait cesser sans provoquer de drame, pensez-vous que je serais capable de dire ciao comme cela, sans souffrir mille tourments en pensant à tout ce que j’allais perdre et risquer de ne jamais retrouver ?
Non, je quitte la scène l’esprit tranquille, reposé, apaisé.
Mais je ne dis pas que je la quitte définitivement, je ne suis pas Jospin, je me laisse une porte de sortie, ou plutôt une porte de (ré) entrée afin de ne pas paraître ridicule si d’aventure je décidais de ressusciter un jour.
Vous savez bien quelle est la définition du mot avatar ?
Disons que je suis la première incarnation de Vishnu, alors ça me laisse de la marge…



Je suis avatar
Dans un monde incohérent
Triste vérité
Sofian Mannonen (15 mai 2007-8 avril 2008)
Haiku du soir, au revoir !





2 comments:

Daneel Ariantho said...

La fin des temps selon la religion hindouiste (version Wikipedia) : « Lorsque la fausseté de la tromperie, la léthargie, l’assoupissement, la violence, le découragement, la colère, l’illusion, la peur, et la pauvreté prévaudront […] lorsque les hommes, remplis de suffisance, se considèreront égaux aux Brahmines […], alors ce sera le Kali Yuga. »
Ceci se suivra de l’apparition d’un avatar, « Le Seigneur Se manifestera en tant qu’Avatar de Kalki […] Il établira la droiture sur la terre et les esprit des gens deviendront aussi purs que le cristal. […] Ceci résultera en ce que le Sat ou Krta Yuga (âge d’or) soit établi. »

J'ai tout lu ;) et dans l'ordre. Que de chemin parcouru en un an, mais je le savais déjà. OK avec ta thèse : un jeu. Mais un jeu sérieux, voire ennuyeux pour certains. M'est avis que ta thèse serait un peu différente si tu avais rencontré les utilisateurs de certains avatars "amis".

Sofian said...

Aucune thèse à promouvoir Daneel, ce n'est que ma façon personnelle de voir Second Life et je n'ai jamais eu l'intention non plus de rencontrer les marionnettistes de mes avatars amis.
Par ailleurs ta "fin des temps" pourrait sembler décrire ma situation et expliquer pourquoi j'arrête (momentanément) de bloguer et d'aller in-world, sauf que la réalité est bien sûr tout autre, mais chut, c'est un secret!
Ne désespère pas de me revoir un jour te poser l'une de mes questions débiles dont tu raffoles, avoue-le;)